LOUIS XI
1423-1483
.
Louis XI


L'universelle aragne / Son oeuvre / Bibliographie
_____________________.____________
 

L'universelle aragne


Dans Le Prince, Machiavel
recommande bien l'usage de la ruse,
tout en insistant sur l'importance de la force armée,
et fait l'apologie du mensonge et de l'hypocrisie pour raison d'État.

Aux cotés de Francesco Ier Sforza, qui de rien devint duc de Milan,
et, plus tard, de Cesare Borgia, fils du Pape Alexandre VI
et de bien d'autres, le roi Louis XI fait figure de modèle
préparant sans cesse la guerre pour ne pas la faire
mais usant des ressorts bien connus
de la nature humaine:
peur, concussion
ou flatterie.

Lui, que les grands féodaux et même son frère Charles auraient bien voulu réduire
à nouveau à n'être que le roi de Bourges, sut vaincre les plus graves périls,
traiter avec ses ennemis à son avantage, tromper tout son monde
(à commencer par l'effet de son apparence faussement modeste),
amener son cousin Charles de Bourgogne à sa perte
aux mains de montagnards suisses stipendiés,
jouer la Catalogne contre l'Aragon et inversement
pour obtenir la Cerdagne et le Roussillon
en gage d'un prêt de 300 000 écus,
démembrer le duché de Bourgogne
sous prétexte de garantir
les droits de la fille
du Téméraire.

C'est le Prince machiavélique dans toute sa splendeur bien cachée derrière les cages de fer
du petit château de Plessis-les-Tours, entouré de conseillers parfois inconnus,
planifiant constamment la division des grands et recourant plus souvent
à la ruse et à «la diplomatie aux cent mille écus» qu'à la guerre.
Commynes, qui quitta Le Téméraire pour le servir, en disait:
à la fin du compte, qui en aura le profit en aura l'honneur
résumé saisissant de ce qu'on appellera
la raison d'État.

 

 

Ces onze pages sont consacrées à Louis XI:


3-170, 3-171, 3-172, 3-173, 3-174, 3-175, 3-176,
3-177, 3-178, 3-179, 3-180


dans le Dictionnaire historique et critique de Pierre Bayle.

images compressées de 150 à 200k chacune - originaux du projet ARTFL (Université de Chicago) de 500k à 700k

_____________________.____________
 
 

Château de Plessis-les-Tours

Reste du château de Plessis-les-Tours


Son oeuvre

«Il avait donné à notre pays ses frontières actuelles, ou presque,

en l'agrandissant de la Picardie, de la Bourgogne, de la Franche-Comté,
du duché de Bar, de la Provence et de Marseille,
de la Cerdagne et du Roussillon.

La Navarre était rentrée dans l'obédience française:
il l'avait soustraite à l'Aragon et à la Castille.
Son influence s'étendait à la Savoie...»
Georges Bordonove, op. cit.


Une rencontre opportune...

À son avènement, Louis visita la ville de Meung,

alors qu'y croupissait en prison
un certain Françoys,
né de Paris emprès Pontoise.


_____________________.____________
 

Bibliographie

Georges Bordonove: Les rois qui ont fait la France, Les Valois, tome 3: Louis XI,
chapitre IX: le triomphe de Louis, édition Pygmalion/Gérard Watelet, Paris, 1986.


Paul Murray Kendall : Louis XI, Fayard, Le livre de poche, 1974, traduit de l'anglais par Éric Diacon.

Philippe de Commynes : Cronique & hystoire faicte et composée par feu messire Philippe de Commines chevalier seigneur d'Argenton contenant les choses advenues durant le règne du roy Loÿs onziesme tant en France Bourgogne Flandres Arthois Angleterre que Espaigne et lieux circonvoisins (1523)

_____________________.____________
 

PHILOSOPHIE, EDUCATION, CULTURE


 

modifié le 7 octobre 2001
 
 

Vers le petit Pantheon du Web      Commentaires     Vers le cours Ethique et politique
 

Pierre Cohen-Bacrie

Francité

homepagepetit panth onartspressecuriosit sdroitsscienceseditionphilosophielitt rature ducationsommaire du site