Influence de Descartes

René Descartes

Descartes et le monde moderne / Descartes et la Révolution française
son épitaphe / retour à la page de Descartes

_____________________.___________



Une pièce historique.

Descartes et le monde moderne

par Jacques Chevalier
Doyen de la Faculté des Lettres de Grenoble


Si riche est la pensée de Descartes : Descartes, ce mortel dont on eût fait un Dieu chez les païens qu'on peut avancer, sans être taxé d'exagération, que le monde moderne pour une bonne part procède de lui. De lui et de Pascal, s'il est vrai de dire avec Bergson que Descartes et Pascal sont les deux initiateurs et, en tout cas, les deux grands représentants des deux formes ou méthodes de pensée entre lesquelles se partage l'esprit moderne: philosophies de la raison pure et philosophies de l'intuition ou du coeur.

La résolution que prit Descartes, une fois en sa vie, de se défaire des opinions qu'il avait reçues en sa créance afin de réformer ses propres pensées, de discerner le vrai du faux ou du vraisemblable, et de bâtir dans un fonds qui fût tout à lui; l'audace avec laquelle il entreprit de trouver en général les premiers principes ou premières causes de tout ce qui est ou qui peut être dans le monde, sans rien considérer pour cet effet que Dieu seul qui l'a créé, ni les tirer d'ailleurs que de certaines semences de vérités qui sont naturellement en nos âmes; les batailles qu'il a livrées pour tâcher de vaincre toutes les difficultés qui nous empêchent de parvenir à la connaissance de la vérité; enfin les résultats qu'il a atteints et les progrès qu'il a faits dans cette connaissance, et qui ne sont, selon ses propres paroles, que des suites et des dépendances de cinq ou six principales difficultés qu'il a surmontées, - l'évidence obtenue par la réduction analytique du complexe au simple, la solution du doute et l'évasion des prises du malin génie par l'expérience immédiate du Cogito, la certitude de l'existence de l'être parfait, Dieu, le principe de la véracité divine ou le principe que tout dépend de la volonté toute puissante et immuable de Dieu, enfin la vérité du mécanisme qui en découle, c'est-à-dire de l'accord entre le monde de la quantité pure et le monde de l'espace ou de la matière, - ces initiatives, et les réussites qui les ont couronnées, voilà, peut-on dire, ce qui a lancé dans des voies entièrement nouvelles la pensée humaine que l'autorité de la philosophie grecque, et en particulier d'Aristote, avait astreinte à une méthode synthétique et déductive, à la recherche et à la classification des essences ou des formes qui répondent dans la nature aux concepts de notre esprit. Avec Descartes, il ne s'agit plus de répéter ce qui a été dit, ou de suivre ce qui a été fait, comme le lierre qui ne tend point à monter plus haut que les arbres qui le soutiennent, et même souvent qui redescend après qu'il est parvenu jusques à leur faite [la phrase est de Descartes, note de l'éditeur HTML]. Pour concevoir une chose et la rendre sienne, il ne suffit pas de l'apprendre de quelque autre, il faut la découvrir soi-même. Cet effort d'invention, c'est toute la révolution cartésienne.

[...]
_____________________.___________


Descartes et la Révolution française


L'organisation systématique du culte de Descartes sous la République est un curiosité, certes, mais non dépourvue de logique.
Un morceau de bravoure républicain



Près de deux siècles après la naissance de Descartes, le régime révolutionnaire a organisé des fêtes en l'honneur du Grand homme. S'ensuit un morceau de bravoure bureaucratique sans faille, où Descartes est spontanément appelé le Philosophe, comme Aristote en son temps:

Le 9 Vendémiaire An II, la Jeunesse de Lahaye-Descartes, dirigée par le Maire et l'Adjoint, s'occupera à parer de festons et de guirlandes de chêne la maison où naquit René Descartes.

Au-dessus de la porte principale sera remarquée une couronne de laurier.

Au coucher du soleil, il sera tiré sept coups de canon.
Au lever de l'aurore du 10, sept coups de canon annonceront la fête.
Depuis sept heures jusqu'à midi le canon sera tiré, en augmentant par progression d'un à six coups et d'heure en heure.
À sept heures formation de la Garde Nationale.
À huit heures les tambours parcoureront la ville, une musique guerrière se fera entendre sur les places.
À 9 heures, le Corps municipal, auquel se réuniront les autres Fonctionnaires publics. nommeront une députation pour se rendre auprès du Général-Préfet.
À dix heures réunion de tout le Cortège à la Maison-Commune: l'ordre qu'il doit suivre dans sa marche lui sera indiqué.
Le Cortège sera formé du citoyen Demarçay; de madame son épouse, arrière-petite-nièce de René Descartes; de leurs enfans et petits-enfans (sic) ; du Sous-Préfet; du Tribunal civil; des Inspecteurs, soit des Domaines, soit des Eaux-et-Forêts de l'arrondissement; des Maires du Canton de Lahaye-Descartes; du Juge-de-Paix, et des autres Fonctionnaires publics étrangers, qui doivent y arriver.

À onze heures la marche s'ouvre dans l'ordre indiqué.
Le Buste du Grand homme, porté sur un brancard, par les vieillards du lieu, précédés et suivis par un groupe d'enfans (sic), s'avancera au milieu du Cortège, vers la chambre qui l'a vu naître.
À la station qui aura lieu près de l'autel de la patrie, où se trouvera placé un choeur de musiciens, des discours et quelques hymnes seront prononcés et chantés, pour rendre hommage au Philosophe.
Le Cortège se dirige enfin, dans le même ordre, vers la chambre où il naquit; le Général-Préfet y place le buste sur le piedestal qui lui est destiné. La Garde Nationale, en activité de service, tire de son sein quelques factionnaires, qui, d'heure en heure remplacés, font, tour à tour, la police sur ce lieu même. Jusqu'à cinq heures du soir, l'entrée de la chambre où naquit René Descartes sera libre.
Le Cortège, en gardant son organisation, reconduit le Général-Préfet.

À une heure après midi, les canonniers recommencent leur service. Jusqu'à sept heures le nombre des heures fixe le nombre des coups qu'ils ont à tirer.

À cinq heures, une société philantropique voulant honorer Descartes dans la ville qui porte son nom, s'y trouvera réunie pour jouer la pièce intitulée René Descartes, (pièce en 2 actes du cit. Bouilly de Tours).
Dans les entre-actes, il y aura des morceaux de simphonie (sic), exécutés par une autre Société d'amateurs.

Trois coups de canon annonceront une nouvelle réunion du Cortège près l'autel de la Patrie. On se mettra en marche vers le lieu où sera préparé le Feu de joie. Il sera allumé par l'arrière-petite-nièce de DESCARTES et par le Général-Préfet. Un feu d'artifice succédera.

À l'approche de la nuit, les Citoyens de Lahaye-Descartes illumineront leurs maisons. Celle où naquit Descartes sera décorée d'un Arc-de-triomphe. La Fête sera terminée à dix heures par un Bal public.

Les Fonctionnaires publics de l'Arrondissement regarderont comme une invitation l'envoi qui leur sera fait de ce Programme.

À Tours; de l'Imprimerie de la Préfecture; chez Mame et Pescherard, rue Montfumier no 2.


son épitaphe
retour à la page de Descartes

_____________________.___________

Philosophie, éducation, culture
.
Toutes les images ont été photographiées et numérisées,
les textes numérisés, et l'ensemble réuni par Pierre Cohen-Bacrie


Le petit Panthéon du Web ne tient pas compte des nationalités.
  
Les Grands esprits de l'Ère moderne


Page modifiée le 14 avril 2001


Page d'accueil / Homepage


Pierre Cohen-Bacrie



Courrier électronique


Francité