PIERRE BAYLE
(1647-1706)



Un apôtre de la tolérance et du libre-examen au grand siècle.

«Ils [mes écrits] ne contiennent aucune certitude qui me satisface à moi meme;
aussi ne fai je pas profession de savoir la verité ni d'y atteindre,
j'ouvre les choses plus que je ne les decouvre.»
Pherecides le pere de tous les philosofes
cité dans la lettre à V. Minutoli

_____________________.____________

SA VIE



Un élève assoiffé de savoir : le signe d'une vocation à penser.
Ses auteurs favoris étaient Plutarque et Montaigne

Né protestant, il se convertit au catholicisme,
se reconvertit à la religion dite réformée,
avant de fuir, en sceptique accompli,
toute vérité certaine et son
cortège d'exclusions
et d'intolérance

_____________________.____________


SES OEUVRES
(numérisées)



Dictionnaire historique et critique (USA) ou site miroir (France)
Somme pensée, faisant place au doute méthodique, le Dictionnaire préfigure l'Encyclopédie.


Pensées diverses écrites à un docteur de Sorbonne à l'occasion de la Comète de 1680
Texte de 1681 / Texte de 1683 Le préjugé "choque la Nature de Dieu dans ses plus nobles attributs".


Une lettre de Bayle (à V. Minutoli)
«C'est toute autre chose de se promener parmi de belles maximes et de belles notions, et d'en faire l'applica[ti]on au train ordinaire du monde.»


Les droits de la conscience  
Extrait du Commentaire philosophique (1686)
Texte intemporel où parle l'humanité, non au sens de commisération, mais au sens de pensée rationnelle, au sens où l'humanité est ce qui porte les lumières de la raison sans quoi elle ne mérite plus son nom:

«Il est impossible, dans l'état où nous nous trouvons, de connaître certainement que la vérité qui nous paraît (je parle des vérités particulières de la Religion, et non pas des propriétés des nombres ou des premiers principes de métaphysique, ou des démonstrations de géométrie) est la vérité absolue; car tout ce que nous pouvons faire est d'être pleinement convaincus que nous tenons la vérité absolue, que nous ne nous trompons point, que ce sont les autres qui se trompent, toutes marques équivoques de vérité, puisqu'elles se trouvent dans les païens et dans les hérétiques les plus perdus. [...] Un Papiste est aussi satisfait de sa religion, un Turc de la sienne, un Juif de la sienne, que nous de la nôtre [Bayle est protestant, les Papistes - terme péjoratif - sont les Catholiques. - note de l'éditeur HTML]. [...] Les plus fausses religions ont leurs martyrs, leurs austérités incroyables, un esprit de faire des prosélytes qui surpasse bien souvent la charité des orthodoxes et un attachement extrême pour leurs cérémonies superstitieuses. [...] Dans la condition où se trouve l'homme, Dieu se contente d'exiger qu'il cherche la vérité le plus soigneusement qu'il pourra et que, croyant l'avoir trouvée, il l'aime et y règle sa vie. [...] Le principal est ensuite d'agir vertueusement; et ainsi chacun doit employer toutes ses forces à honorer Dieu par une prompte obéissance à la morale. À cet égard, c'est-à-dire à l'égard de la connaissance de nos devoirs pour les moeurs, la lumière révélée est si claire que peu de gens s'y trompent, quand de bonne foi ils cherchent ce qui en est.»
Pierre Bayle, Commentaire philosophique sur ces paroles de Jésus-Christ: «Contrains-les d'entrer», où l'on prouve par plusieurs raisons démonstratives qu'il n'y a rien de plus abominable que de faire des conversions par la contrainte, et où l'on réfute tous les sophismes des convertisseurs à contrainte et l'apologie que Saint Augustin a faite des persécutions, 1686.



Un extrait significatif du dictionnaire à propos de la geste des 4 fils Aymon (14 000 vers):

Renaud, Allard, Guichard et Richard,
montés tous quatre sur le cheval-fée Bayard.

«AIMON, prince des Ardennes, a été, dit-on, le père de ces quatre preux que nos vieux romans ont tant chantés. On les appelle ordinairement les quatre fils Aimon. Ils n'avaient qu'un cheval à eux quatre, nommé Bayard. Je ne parlerais pas d'une chose qui ne passe que pour un conte à dormir debout, si je n'avais à dire que ces grotesques de nos vieux romanciers et les fables qu'ils ont écrites ont fait irruption dans le sanctuaire. La superstition des peuples les a introduites dans la religion; et si quelqu'un avait dit à ces impertinents écrivains, Hae nugae seria ducent in mala, il n'aurait pas été un mauvais devin. L'histoire de Luxembourg, composée par Jean Bertels, abbé d'Epternach, nous apprend que Renaud, l'aîné des quatre frères, a été martyrisé pour le nom de Jésus-Christ, qu'il a été canonisé, que l'Église célèbre sa fête, et qu'on lui a consacré des temples, et entre autres l'église de Saint-Renaud, dans le pays de Cologne, à laquelle est annexé un couvent de filles. On voit aussi à Cologne l'église du même saint, auprès de celle de Saint-Maurice; et dans cette église, l'image des quatre frères sur la muraille. Ils sont sur le même cheval, et leur aîné Renaud a un diadème autour de la tête, comme une marque de sa sainteté. On prétend qu'après avoir été un grand guerrier sous Charlemagne, il se fit moine à Cologne, qu'il mourut martyr, et qu'à cause qu'il fit des miracles après sa mort, on lui bâtit une église».

Note: Les fables qu'ils ont écrites ont fait irruption dans le sanctuaire.  Diderot fait la même remarque généralisée sur la génèse des préjugés.


Bacon, François
Article du dictionaire de Bayle consacré à Francis Bacon.


Citations extraites du Prince de Machiavel traduit par Amelot de la Houssaye
dans l'article «Louis VII» (Saint-Louis) du Dictionnaire de Bayle.
«La Houssaye prétend que Machiavel haïssait la tyrannie», Jean-Jacques Rousseau.

Pierre Bayle a consacré un long article à Louis XI
Les onze pages sont reproduites au complet dans la page consacrée à l'universelle aragne.


Le doute au sens de remise en question n'est pas moins essentiel à l'humanité
que ses connaissances acquises. Sans son aiguillon, le progrès cesserait.
C'est une vision qu'il faut léguer intacte aux générations futures,
sans oublier que les préjugés sont toujours ceux des autres.
Du doute sceptique modéré au doute scientifique:
de Pierre Bayle à Richard Feynman,
une tâche infinie et passionnante.

_____________________.____________

PHILOSOPHIE, EDUCATION, CULTURE






Les grands esprits modernes
au Petit Panthéon du Web



modifié le 9 mars 2008


Retour en début de page
début de page


Courrier électronique


Pierre Cohen-Bacrie



Compteur


Francité

homepagepetit panth onartspressecuriosit sdroitsscienceseditionphilosophielitt rature ducationsommaire du site